Accéder au contenu principal

Méditation chamanique - récit personnel

Méditation chamanique
Pleine Lune du 16 septembre 2016 – 20 h – 22h

Nous arrivons dans un appartement situé en ville au deuxième étage d’un immeuble quelconque.
Au centre de la pièce sont disposés : une tenture celtique apposée en nappe, 3 photographies, des minéraux, une bougie, des plumes blanches, un verre d’eau, une boîte, une sculpture en bois représentant un loup et d’autres éléments que je ne reconnais pas dans le noir.
Les organisateurs se présentent et présentent la soirée :
D’abord, un tour de bâton de parole pour que chacun se présente et présente son intention de la soirée ; puis, un voyage sonore au son d’instruments, puis un voyage chamanique au seul son du tambour.
Le bâton passe de mains en mains, il y a un homme qui souhaite lâcher prise, une femme qui veut faire la paix avec son corps malade, moi qui souhaite aller plus loin que la simple lecture des livres et continuer ce que j’ai déjà commencé dans un autre « cabinet de soins » c’est-à-dire devenir plus proche de moi et  du monde, une dame à côté de moi qui souhaite célébrer la Pleine Lune autrement que seule chez elle, une autre qui vient méditer / se reposer / décompresser, une jeune femme dont je ne sais plus le but, l’organisatrice qui souhaite décompresser du rythme effréné de la rentrée scolaire et l’organisateur qui souhaite par là même rendre hommage à un homme de connaissance mort dernièrement.
Bon, chacun est invité à prendre la position la plus confortable possible ; certains restent en tailleur, d’autres s’allongent sur le côté, je m’allonge sur le dos, coussin sous la tête, mains sur le ventre.
La musique commence : didgeridoo. Un instrument que je n’affectionne pas spécialement ; mon mental qui se met en route et qui n’arrête pas d’interférer « ça y est, tu vois quelque chose ? mais tais-toi ! imagine la tête de ses voisins quand ils le croisent dans le couloir – c’est la femme qui respire, ça ? » c’est vraiment impossible de me laisser aller. Je demande aux Anges de m’aider et ils me disent d’ouvrir mes mains face au ciel, posées au sol. Je m’exécute, ressens un vertige désagréable et là mon mental « aaaah ça y est ! ah ça y est ça commence » et tout est foutu. Il joue de la flûte également, du tambour, chante en langue inconnue (ça ressemblait aux chants indiens, du coup je me disais « mais quel rapport avec les celtes » et hop, encore le mental qui s’accroche à des détails pour tout bousiller). Sa femme chante également, mais j’entends « Mathéo » et j’me dis que c’est de son fils qu’elle parle. Bref, pour moi ça a été un fiasco, ce premier voyage ! J’ai mal à l’oreille gauche tout le long.
La musique s’achève, tour du bâton de parole ; certains ont vu une chouette blanche, d’autres se sont bien détendus, la dame à côté de moi dit avoir voyagé avec chameaux, éléphants, avoir compris tout ce qu’il disait.
Petite pause pipi pour ceux qui le souhaitent ; Yann nous explique que quand on voit quelque chose et qu’on ne s’y attend pas, alors on ne l’a pas inventé (ma crainte étant de m’inventer ce que je vois selon mes désirs).

La méditation recommence, je vois des cerfs, je pense alors au cerf qu’ils ont tué et qui passait dans notre jardin, je pense aux ancêtres, à ce cycle de la vie qui est en fait un cercle et pas une ligne ; mourir, revenir au point de départ…
Je me dis qu’il faut jeter les angoisses, la peur de la mort. Le Cerf me rassure en fait, je le rejoindrai un jour. Je pense aux papillons éphémères, leur beauté, leur légèreté…
Lors du voyage suivant, le dernier de la soirée, je me sens comme ailleurs pendant un moment, comme si nous étions assemblés dans un cercle, hors de l’espace et du temps.
Je ne sais plus trop qui je suis ; ni où je suis. Yann devient quelqu’un d’autre (en fait lors de ce voyage il parle un langage étrange que même lui ne comprend pas).

**

Par la suite, j’ai refait d’autres voyages, avec également mon meilleur ami qui a vu un aigle.
J'ai vu des chevaux, animal pour qui je ne ressens rien mais qui symbolise à mes yeux la liberté, la puissance...
J’ai arrêté d’en faire mais la relecture de ce moment me donne envie d’y retourner.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Cheveux, henné, red kamala et sureau !

Cheveux, henné, red kamala et sureau ! J'ai voulu tester les baies de sureau dans mes cheveux, ayant lu que cela me donnerait des reflets violets : le rêve !  Me voilà donc hier à 18 heures, arpentant le village à vélo à la recherche de la baie convoitée. C'est en bord de rivière que je l'ai trouvée, elle est déjà bien mûre, certaines mêmes sont déjà sèches !  J'ai rempli un petit récipient et je suis rentrée. Que faire avec ? Les cuire ? Bon, je me décide à les mixer avec de la crème fraîche qui restait du repas de midi. Pas beaucoup, on va dire, peut être une cuiller à soupe. Je sors le mixer et hop je mélange le tout. En attendant, je fais bouillir de l'eau et je cherche de quoi faire une pâte homogène. Tiens, il me reste du red kamala ? Ok, je vide le paquet. Du henné du Yemen ? ok mets tout dedans. Un reste de henné à deux balles  ? Ok, allez on verse tout. Je le pose vers 20 heures et souhaite dormir avec. 4 h

Be my Druydes

ARTICLE CHEVEUX TEST DU SHAMPOING  DRUYDES 100 % FRANCE 100 % ECO 100 % BON  Ceux ou celles qui me connaissent depuis un moment, savent que j'aime les cheveux. Surtout longs, épais, doux et brillants. Navigant sur Instagram, je tombe sur un post sur un shampoing solide, ressemblant à une savonnette. Les Mamans du projet me semblent très sympas, avec le côté France / respect du corps, de la nature... bref, j'ai de suite accroché et la venue de Paypal en moyen de paiement aidant, je me suis lancée et ai commandé un savon  shampoing Druydes.   Voilà mon petit shampoing dur qui pose Je reçois très rapidement une lettre suivie que je connais bien puisque je l'utilise aussi pour ma boutique, j'ouvre et hop ! Le shampoing me tombe dans la main. Je me dis "tiens, je vais leur conseiller de faire un emballage plus soigné" et plus tard, je comprends la stupidité de ma réflexion : Druydes, c'est éco responsable, on ne fa

Où est passée Frozenqueen ?

Bonjour tout le monde ! Ca fait un moment que je ne suis pas venue. Pas mal d'entre vous je pense, m'ont connue sous le pseudo  "frozenqueen" (en hommage à la chanson Ice Queen de Within Temptation, rien à voir avec Disney, qui du coup m'ont "bousillé" l'utilisation du pseudo avec leur copyright...). Qu'est ce qui a changé depuis l'époque de mon blog ? Ma foi, une chose importante : faire la paix avec moi-même; devenir mon Amie. Je suis passée par des étapes difficiles afin de décrasser cette couche de manque d'amour propre et j'y travaille encore, mais ça va déjà beaucoup mieux. Je pense que je me respecte bien plus qu'avant. Autre point important : maintenant je rêve enfin d'avoir une maison à moi. Pourquoi ?  Pour avoir un espace vraiment personnalisé : pouvoir faire ce que je veux des formes des murs, du jardin.. ici, tout ce qui serait investi serait "perdu". Donc je rêve de mon petit